LETTRE OUVERTE A MADAME LA MAIRE DE VILLE D’AVRAY

Madame,
Je me permets de vous adresser mes observations concernant les opérations de
densification nommées cœur de ville et bien sûr d’en faire part aux intéressés, soit
les équipes de techniciens qui ont travaillé sur ces projets et les dagovéraniens qui
ont assisté à la première réunion et aux commissions.
LES DIFFERENTS SITES
LA POSTE : la poste actuelle n’est plus nécessaire, sa démolition ne pose pas de
problème. Installer des cabinets médicaux sur ce terrain paraît opportun. Rien à dire
sur la brasserie, attirera-t-elle les habitants ? C’est un pari. On entend dire que la
librairie deviendrait une brasserie ?
Rien de particulier à dire des logements au-dessus de la poste.
SITE MANINGUE : Il est indispensable de traiter l’angle des deux rues, tant en
architecture qu’en animation. Pourquoi ne pas y mettre la poste à rez-de-
chaussée ? Le café co-working peut avoir son entrée à RDC et les bureaux se
situer au-dessus, très vitrés. Les gens qui travaillent ayant une vue plus intéressante
en hauteur, sur l’église et le carrefour.

Cependant on n’est toujours pas convaincu par la proposition d’immeuble
présentée: il s’agit d’un angle concave dont le vocabulaire architectural ne rappelle
que de très loin (les niveaux ??) les maisons de la rue de Sèvres auxquelles il est
accolé. On ne voit pas précisément quel profit on tire de cette concavité. Par ailleurs
on aimerait un réel dialogue avec l’immeuble de logements sociaux situé à l’arrière,
et ce dialogue n’existe pas : on va s’installer devant cet immeuble, et bien sûr cela
obérera la vue des habitants…Il faut travailler avec un champ de vision plus large !
RUE DE VERSAILLES : Il est impensable de démolir la crèche actuelle ainsi que
l’école Chantecler : ce sont de beaux bâtiments de brique, avec des appareillages
soignés. De plus économiquement ce n’est pas intéressant, et écologiquement
c’est une très mauvaise décision.

La crèche Pradier est bien située à l’écart des circulations voitures. Elle comporte
de beaux espaces intérieurs comme extérieurs.
Quant à l’école, il aurait été de bonne gestion de l’utiliser pour l’AJAVA et le
centre aéré, les locaux sont adaptés pour ces usages avec très peu de
transformations, avec l’avantage de pouvoir redevenir une école : en effet de
nombreux logements se construisent ou vont être construits un peu partout
dans Ville d’Avray (325 logements en 7 résidences), des enfants vont donc arriver et
on aura rapidement besoin de classes supplémentaires. Rappelons à ce sujet que
nos enfants n’ont guère connu que des classes à 30 ou 35 élèves…
Rappelons enfin que ces deux bâtiments donnent sur le mail piétons qui est et reste
une réussite urbaine de ce quartier, avec la desserte de 2 écoles et de la crèche qui
facilite bien la vie des mères de familles et des nounous. Tout cela complété par le
petit square de jeux d’enfants très fréquenté à la sortie des écoles.

Une telle démolition de bâtiments non vétustes pourrait procéder d’une logique de
production, avec le souhait d’améliorer la qualité des équipements, ou d’une
inadaptation à la fonction, ce n’est pas le cas.
Le programme prévoit de loger les personnes âgées : pourquoi ne pas les mettre
au-dessus des cabinets médicaux ?
SITE MALGLAIVE : Peu de choses à dire sur ce secteur (sinon des regrets pour le
petit parking très pratique) mais le programme est à revoir. C’est un très mauvais
emplacement pour une crèche, et le projet est sans intérêt. La quantité de
mètres carrés nécessaire empêche totalement de trouver les parkings
indispensables pour déposer les enfants. Des locaux d’une grande banalité, qui
n’ont rien de comparable avec ceux de la crèche Pradier Et il n’y a pratiquement pas
d’espace de jeu à l’extérieur : une seule cour tout à fait minérale…Ce serait passer
du meilleur au pire.

************

L’ARCHITECTURE
Il y a assez peu de choses à dire sur les ébauches d’architectures qu’on nous
montre. Elles n’ont d’ailleurs pas été mises sur le site pendant le temps des ateliers
malgré des demandes répétées.
DEVELOPPEMENT DURABLE
Il n’y a rien à dire au niveau des intentions énoncées par les équipes de projet,
quant aux besoins en énergie des bâtiments et aux propositions en ce qui concerne
les modes de construction, au point de vue environnemental s’entend.
MOBILITES
Les problèmes essentiels se situent dans les accès aux différents bâtiments et
services à partir de tous les sites de Ville d’Avray, y compris ceux qui sont très
excentrés. Ils sont reliés au centre par les 4 rues principales, et bien sûr desservis
par des véhicules motorisés, c’est à dire des voitures, surtout s’il y a des enfants
jeunes ou des personnes âgées ou des PMR, les autobus étant insuffisamment
fréquents.

Par suite les déplacements demandent forcément des parkings pour les voitures
au centre ville, dont Ville d’Avray ne saurait se passer étant données les distances à
parcourir et la rareté des moyens de transport collectifs. Les équipes nous assurent
qu’il y aura des dépose-minute. Cela ne convient pas à tous les équipements et
pour certains la sécurité sera bien difficile à assurer, la crèche proposée par
exemple immédiatement en bordure de rue.
L’idée du parking sous le stade est sans doute bonne, et la meilleure possible
pour situer cela au centre ville, sachant qu’en cas de manifestations plurielles au
centre ville les parkings actuels ne suffisent pas à contenir l’ensemble des voitures.
Il reste cependant à résoudre tous les problèmes de livraison des commerces et
emplacements pour les véhicules utilitaires, actuellement non résolus.
En ce qui concerne les circulations piétons, il semble que les équipes aient pris la
mesure de leur nécessité au centre ville. Cependant il est surprenant qu’une réussite
comme le mail actuel et sa desserte à la fois de la crèche Pradier et de
plusieurs écoles de tous niveaux, maternelle et primaire, soit ignorée au point
d’être considérée comme quantité négligeable et éliminée au profit d’un projet où
les déplacements des usagers s’annoncent beaucoup plus difficiles.

*************
EN CONCLUSION, VILLE D’AVRAY n’est pas le GRAND PARIS : nous n’aurons
jamais un métro toutes les 5 minutes à quelques minutes de nos habitations. Ce qui
a été pensé pour Paris ne peut s’appliquer à Ville d’Avray et les habitants, venus ici
pour le calme et la nature ne le souhaitent sûrement pas.
EN SECONDE CONCLUSION, on est surpris par le programme qui comprend les
petites maisons qu’on aurait aimé voir … en bordure de forêt ! donc petites maisons
en centre ville près des commerces et des transports, et immeubles de 100 m de
long à 3 km du centre , 4 km de la gare, en bordure de forêt …
EN TROISIEME CONCLUSION, on a noté avec une certaine satisfaction la
sensibilité montrée par les équipes face au caractère de notre ville. Cela nous a
changé de la brutalité des opérations des promoteurs malheureusement impulsée
par le PLU. Cette sensibilité est toutefois au service d’un programme dont nous ne
pouvons partager la totalité des options.
************

Enfin, on constate qu’il y a confiscation d’espaces publics que la Mairie va céder à
des promoteurs. Il est plus que souhaitable qu’une transparence totale des comptes
financiers soit offerte aux habitants de Ville d’Avray.

Dominique Creuchet – Ville d’Avray, le 15 décembre 2019